Créer du discernement pour s'ouvrir aux autres et avancer ensemble

02 avril 2018

En résumé...

Arrivée à Kochi, via Doha, petit tour du Kérala, 10 jours au Big Banana Island Retreat, 1ère nuit de voyage en car jusqu'à Mysore.

IMG_1980

1ère nuit en train jusqu'à Hospet, Hampi, Badami-Pattadakal-Aihole, 2de nuit en train, Mumbai, Ellora et Ajanta depuis Aurangabad, retour à Mumbai, Val d'Isère (pas sur la carte) via Paris et Doha !

Posté par MManda à 18:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2018

Week-end

C’est vraiment un luxe inouï que de partir en week-end en vacances !

P1030838

Après 3 journées bien remplies à Mumbai, départ en avion en amoureux vendredi milieu d’après-midi pour Aurangabad, pour aller de là visiter les sublimissimes grottes d’Ajanta et Ellora et admirer diverses bricoles.

FEFB3F70-A29E-45E3-B21D-1D9F3F4AE34E

Fin de journée ce dimanche, nous rentrons à la maison à Mumbai, lessivés et repus... pour nos quatre dernières journées de vacances en Inde.

C’est bon, le luxe !

Posté par MManda à 20:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 mars 2018

Mysore

Prononcer maïzore. Mysuru en Kannada, langue du Karnataka 

La ville... EFFE3CFB-AA15-43C5-8A04-D9E0F58032CB

Pas tout à fait Bangalore, la capitale où toutes les grandes entreprises mondiales ont leur(s) filiale(s) IT, mais quand même la ville.

Un choc après 10 jours de retraite et de papouilles dans le très rural Kerala !

Nous avions pourtant prévu un sas : une après-midi dans un immense centre commercial Lulu tout neuf, une ville en soi, à Ernakulum, quartier vivant du grand Kochi ; et même une séance de cinéma bollywoodien en Hindi : Sonu ke Titu ki Sweety (si !)...

457B9D51-9249-485F-8106-5F8F63CEB8FD

C’était sans compter le retard de notre car de nuit, un Volvo, la catégorie top du top en Inde, dont une panne disons de pneumatiques, en nous faisant arriver vers midi au lieu du petit matin, nous a bien sûr permis de nous régaler toute la matinée du paysage et de la faune des réserves naturelles traversées, chevreuils, singes, nos premiers éléphants en liberté... mais nous a amené bien fatigués au milieu d’un essaim de conducteurs de tuk-tuk « affamés » par le petit nombre de touristes, surtout indiens, venus visiter l’ancien palais impérial. 

Avec des températures entre 35 et 40, un peu inhabituelles semble-t-il. Dur, dur. Il nous a bien fallu 24h pour reprendre possession de nos moyens et commencer à apprécier. 

EA25CF76-5033-4F6D-A621-40A4E768BB4A

Le palais, si on veut, et aussi un musée kitchissime qui présente un bric-à-brac de tableaux, instruments anciens... incroyable, bien réjouissant.

716ED4CD-7365-48F8-AE89-5BB75313DACE03E2D3FF-07B9-459A-8ADB-CF1AF43A641B

 

Et puis la ville elle-même, son rythme, ses gens, leurs habitudes de déjeuner d’une bricole servie dans une page de cahier d’écolier ou une feuille de journal par des marchands ambulants, les sourires pétillants et en même temps très sérieux et les what’syournamewhereareyoufrom des lycéennes, ses commerces de tout, on a vu une échoppe consacrée au boulon à ridiculiser définitivement le BHV, ses cars déglingués toujours à fond, son super marché bourré de fleurs, de légumes et d’épices et même... ses tuk-tuk quand on a fini par s’y habituer. Et ses « vélib ».

648377CC-7336-455D-825E-8336C84A1DB2

Visites obligées, spécialités gastronomiques (du sucré, du sucré, du sucré), organisation de la suite, piscinette de l’hôtel, nous commençons à trouver notre rythme.

Posté par MManda à 09:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 mars 2018

De la gente animale

Finalement les oiseaux restent très sobres : corbeau, poule d'eau, oiseau lyre noirs, écureuils plutôt gris, fourmis noires et rouge pâle.

P1030038

P1020986

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Occasionnellement un Martin pêcheur au dos bleu profond et scintillant ou un colibri toujours aussi fascinant .....imprenable bien sûr ... Seul le coq et un perroquet lointain ont bien voulu! 

P1030026

P1030210

 

 

 

 

 

 

 

Ceci dit, à part le corbeau au croassement international, les oiseaux se cachent (il faut dire que les ramures fournies les y aident bien!), et ce sont leurs pépiement , claquement, sifflement, caquètement, gloussement et autres appels tels des sirènes de voiture de police américaine, qui laissent présager leur variété et leur nombre.

Sinon beaucoup de petits chiens, bien nourris, d'une seule race semble-t-il? Mais nettement plus nombreux que quelques chats faméliques, et des écureuils gris de toute taille un peu partout.


EEE36DB2-8604-4FE9-9A52-144498E00105

 

P1020842

 

 

 

 

 

 

 

 

Des vaches en pâture et leur garde bœuf attitré qui les suivent comme un chien son maître ! On pourrait se croire en Normandie parfois ... Et parfois on se demande s'il s'agit bien d'une vache ...s'il n'était la clochette

P1030212

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1030143

 

 

 

 

 

 

 

Finalement peu de ‘’petites bébêtes’’ mais les quelques araignées rencontrées sont de taille impressionnante !

Posté par sophieblog à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tout est couleur ici...ça me va bien!

Tout est couleur en Inde, c’est bien connu : rouge et vert beaucoup pour les affiches…drapeau oblige.
Mais les maisons arborent des teintes surprenantes parfois. Même lorsqu’elles sont de conception très moderne et, du coup, de revêtement sobre, il leur faut une touche vive.

P1030131

P1030147

P1020904

P1030181

 

 

 

 

 

 

Les vêtements d’enfant et les robes des jeunes filles s'affichent aux devantures, presque plus clinquants que les saris !

P1030146

P1020926

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et les bazars, le capharnaüm en plus !!!!

 

P1030187

P1030142

 Temples, églises et mosquées ne sont pas en reste bien sûr, dedans comme dehors

20180218_194254

P1030178

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1030179

Et évidemment les fleurs...mais cela mérite une page  !



Posté par sophieblog à 06:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Douceur de la vie monacale...

Même les soirs de pleine lune ou les lendemains d’orage équatorial.

A58CDBF4-FAE5-4F43-A31F-C5D7C822A9C1

La meilleure cuisine du Kerala, un service d’une élégance et d’une bienveillance confondantes, piloté par le lumineux sourire de Kanan, un cadre, une qualité d’air...

E15CADD2-4480-4EC5-9B74-D78688CEB3A6

Nous en en avons même oublié que le seul alcool disponible depuis notre arrivée en Inde est celui de la sorte de potion sensée protéger nos neurones des atteintes de l’age et de mille autres désagréments, dont nous nous délectons matin et soir 😋.

 

Posté par MManda à 05:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 février 2018

Hommes, femmes, enfants

Les jeunes adorent se faire photographier ... Même s'ils ne verront jamais la photo!

P1030177

Et leur première question est ''your name?''.

Pour les adultes je préfère rester discrète que ce soit au boulot, en route...

P1030182

20180301_090644 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1030155

 

 

 

 

 

 

 

 

En promenade ou en méditation

P1030149

 P1030171

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin...y'en a un qui n'a pas hésité à prendre son pied devant l'objectif!

P1030128

 

 

 

Posté par sophieblog à 12:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ce matin, il y a eu des nuages

BE781B3A-717F-4868-8126-D67A673847CD

Posté par MManda à 08:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 février 2018

Y font rien qu'à chanter ... Live!

Et voici pour illustrer très concrètement les propos de Michel !

 Et la pub avant, en affiche et en défilé!

 

P1020906 1

P1020905

 

Posté par sophieblog à 19:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Y font rien qu’à chanter !

Incroyable !

Quand on s’approche de l’équateur, les animaux font un boucan du tonnerre, à peu près à toute heure de la journée et de la nuit.

Et que je t’interpelle, et que tu me réponds, mais on ne me voit jamais, même celui qui s’acharne sous l’arbre à essayer de me repérer, tant pis pour ses cervicales ; à part bien sûr les corbeaux qui bavardent en se pavanant.

Et les oiseaux, et les insectes, et les écureuils qui font des cris d’oiseaux, et les oiseaux qui poussent des cris de singe de cinéma, et les singes qui... sans oublier les opiniâtres et infatigables chiens, coqs et, bien sûr, moustiques 

D’où cette impression unique et sauvage qui saisit le voyageur tempéré, particulièrement la nuit, d’intensité de vie, faite de joie, de violence et de douceur à la fois.

Au Kerala, à tout cela, alors qu’à Goa une pluie d’arrêtés a mis fin aux immenses fêtes nocturnes sur les plages et a rendu le port du casque bluetooth obligatoire pour les acharnés des raves, il faut ajouter le bipède, tout particulièrement le bipède religieux et/ou politique.

Il y en a partout, du chant, de la musique ; et sans arrêt ! 

Il faut dire que la densité de population du Kerala est voisine de celle de la Belgique. Que la traversée de cet Etat donne l’impression de visiter un immense village-rue (d’où une vitesse de déplacement assez constante de l’ordre de 30 km/h, routes à 4 voies comprises) doté d’une densité de ponts et de bacs digne d’une capitale, dans le delta de la Periyar.

Et que si les différents états parlent des langues incompréhensibles les unes pour les autres, ils partagent les mêmes religions et la même concurrence entre elles, chaudement attisée par les autorités tant politiques que religieuses, Cf. le post de Sophie d’il y a quelques jours.

Et aussi que la politique est l’objet d’un militantisme social que je ne crois pas que la France aie jamais connu, même dans les années 50, Cf. idem.

8B564FE6-CF2D-4A32-89ED-22343F14E62C

Le flot de musique « démarre », en tout cas réveille le dormeur, environ une demi-heure avant le lever du jour, vers 5h30, par l’appel à la prière du muezzin local ; et s’arrête quand... le voyageur, bercé, se transforme en dormeur.

Nous sommes sur une île, au bord de la Periyar. En semaine, il est rare qu’on n’y entende aucune musique. Du vendredi midi au lundi matin, cela n’arrive pas, il y a en permanence entre une et disons quatre sources de musiques différentes’ dans un rayon de disons 3 km : sur l’île, tout près ou plus loin, sur la rive d’en face, au nord ou vers l’ouest, sur l’autre rive, de l’autre côté de l’île, vers le sud ou l’est. 

AD6D645D-C97F-443D-9408-D9250E349EA5

Au muezzin déjà cité, il faut ajouter la musique des églises chrétiennes, nombreuses au Kerala et de toutes nuances, douce et désespérément stéréotypée, mais bien soutenue par une amplification sans doute, celle des temples hindous, dont la diversité est encore plus importante, très classique « musique indienne » pour le profane, au volume proportionnel à l’importance du temple, celle aussi des mosquées dont les imams doivent considérer qu’il n’y a pas de raison que les haut-parleurs ne servent qu’à appeler le fidèle, le plus souvent des mélopées captivantes, celle des fêtes politiques et des véhicules chargés de les annoncer, alternance de classique indien et de variétoche et, surtout le week-end, celle des fêtes, tout simplement. Plus les multiples et pluri-quotidiennes grappes de pétards !

Et c’est au poil, parce que comme les oiseaux de la forêt, on a parfois l’impression que tous ces chargés de comm s’organisent, tantôt pour se laisser la place et se succéder, tantôt pour s’imposer et pourrir les messages de l’autre à coup de haut-parleurs Bouyer (si !).

Et puis surtout parce qu’on prend une véritable cure de musique en plus de l’ayurveda.

Les chants sont souvent magnifiques, les instruments habituels tabla, sitar, flûte, cymbales aussi, la diversité des orchestrations des morceaux bollywoodiens est époustouflante, mais quand même battue par celle des « fusions » de musiques traditionnelles avec les autres, musiques asiatiques, jazz de toutes les époques,  variétoche de tous les pays (apparemment, le Malayalam, la langue d’ici, se prête à produire des chansons italiennes des années 90 plus vraies que les originales !)...

Un festin musical !

22EB8BAD-1CC2-4B3E-801B-934E3DB2535B

Posté par MManda à 17:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]